• Consulter le rapport de développement durable de 2009
  • Imprimer
  • Envoyer
  • Générer

Les rejets d’effluents radioactifs liquides

La gestion des effluents des centrales nucléaires obéit aux mêmes principes et s'organise dans le même cadre que celle des rejets gazeux.

Les effluents radioactifs

Ils sont classés en deux catégories.

  • Les effluents provenant du circuit primaire, qui contiennent des gaz de fission dissous (xénon, iode), des produits de fission (cobalt, manganèse, tritium, carbone 14) et des substances chimiques comme le lithium et l'acide borique. Certains peuvent être recyclés.
  • Les effluents provenant des circuits auxiliaires : effluents radioactifs et chargés chimiquement ou non, effluents peu radioactifs constitués par les drains de planchers et les eaux usées.

Collectés systématiquement, ils sont traités pour retenir l'essentiel de leur radioactivité. Ils sont ensuite stockés en réservoirs et contrôlés (radioactivité, chimie) avant rejet. La radioactivité de la canalisation de rejet est aussi contrôlée. En cas de dépassement du seuil, le rejet est automatiquement stoppé.

Les rejets radioactifs liquides sont maîtrisés et n’atteignent pas 10% des limites réglementaires. Leur impact dosimétrique est voisin de quelques Sievert par an, à comparer à la valeur limite d'exposition du public de 1 000 Sievert par an. Hors tritium et carbone 14, ces rejets ont été divisés en France par 30 de 1990 à 2002. Depuis, ils ont été à nouveau divisés par deux entre 2002 et 2009. L’augmentation en 2010 des rejets liquides de tritium (19,1 Tera becquerels par tranche nucléaire Glossaire tranche nucléaire Unité de production électrique comportant une chaudière nucléaire et un groupe turbo-alternateur. Une tranche nucléaire se caractérise essentiellement par son type de réacteur et la puissance de son groupe turbo-alternateur. Les centrales nucléaires EDF comprennent deux ou quatre tranches, plus rarement six.contre 16,4 en 2009) s’explique par une production plus importante. Elle respecte la « doctrine tritium » d’EDF, qui privilégie les rejets sous forme liquide aux rejets sous forme gazeuse, aux impacts dosimétriques plus importants.

Les rejets liquides de tritium des centrales nucléaires d’EDF Energy sont passés de 122 Tera becquerels en 2009 à 102 en 2010.

Les effluents chimiques

Ils sont classés en deux catégories.

  • Les substances chimiques associées aux effluents radioactifs et aux eaux des salles de machines (circuit secondaire) : acide borique, lithine, hydrazine, ammoniaque, morpholine, phosphates…
  • Les substances chimiques employées pour le traitement des autres circuits non nucléaires (stations de déminéralisation et d'épuration, circuit de traitement anti-tartre, biocide) : sulfates, produits azotés, chlorures, sodium…

Ces rejets sont aussi encadrés par la réglementation.

En 10 ans EDF a divisé par 2 ses rejets de bore et par 3 ses rejets d'hydrazine.

You need Flash 9+

In order to view this page you need JavaScript and Flash Player 10+ support!

Donnez votre avis